Photo de montagne

Mafias World

Forum de RP 16+ sur le thème des mafias
 
Forum en construction

Partagez | 
 

 Zack

Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
Date d'inscription : 08/08/2018
Messages : 18
http://mafiasworld.forumactif.com
avatar


MessageSujet: Zack   Dim 12 Aoû - 8:02



 
Zack




Informations


Groupe: Maîtresses
Surnom: Au choix
Race: Hybride panthère noire
Age: 24 ans
Date de naissance: 2 mai 94
Ses origines: Née en Amérique
Métier: ...
Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Situation financière: (pauvre, modeste, confortable, aisé, très aisé)
Famille & amis: (père, mère, frères, soeurs, tantes, grand-parents, ami d'enfance ? Mettre ici les personnes qui comptent vraiment pour votre personnage)

Vous


Age: Ecrire ici. Indique-nous ton âge réel (obligatoire)
Comment as-tu découvert le forum ? Ecrire ici. (top sites, partenariat, membre, ami, ami d'un ami, etc)
Es-tu un DC ? De qui ? Ecrire ici (oui/non) (mettre le compte principal)
As-tu des questions ? Ecrire ici.
Un commentaire à faire ?  Ecrire ici.
Physique

Du haut de tes 1m86, tu ne passes pas inaperçu. Ton corps est massif de naissance et semble avoir été taillé dans la pierre. Par exemple, ton cou est large, faisant penser à celui d’un taureau, et tes épaules solides sont assez fortes pour porter de grosses charges. Tes jambes aussi sont taillées comme le reste. Tu n’es donc pas très agile avec toute cette masse musculaire mais tu es parfait quand il s’agit de pouvoir résister aux coups plus facilement et protéger ton prochain.

Ton visage est à l’image de ton corps. Mâchoire carrée, sourcils et barbe fournis, lignes grossières,…Ta masculinité ne peut  être remise en cause. Toutefois, tes yeux bleu-nuit, tes cheveux mi-long blond cendré, et tes lèvres charnues apportent une certaine douceur à ton visage, en plus de ton sourire qui l’illumine de temps en temps. D'ailleurs, grâce à ça, tu n’as pas la réputation de faire peur à qui que ce soit malgré ta silhouette imposante. De plus, ton calme naturel et ta maturité amènent plutôt la sympathie et la confiance des autres à ton égard.

En somme, ton physique est viril, proche de celui d’un bûcheron de l’époque avec la pilosité qui va avec, et tu sais que cela plaît. Toutefois, tu restes humble et tu n’es pas du genre à en jouer pour te faire apprécier des autres ou bien les séduire.

Détail important : Code de barre situé sur le poignet gauche.


Caractère

Tu es d’un naturel protecteur. Quand un plus faible que toi se prend des coups, tu ne peux pas rester à ne rien faire. Tu seras son bouclier. Toutefois, tu sais que tu n’es pas de pierre mais tu as foi en ton corps. La nature a été généreuse avec toi et tu crois que cela n’était pas pour rien.

Tu crois au destin. Pour toi, toute chose n’arrive jamais par hasard. La mort de ton père avant ta naissance, celle de ta mère à ta capture par des chasseurs vampires, toi devenant esclave. Tout était déjà tracé et même si le but de ces événements n’est pas clair à tes yeux pour le moment, tu sais qu’il y en a un.

Tu es honnête et franc. Le mensonge n’est donc pas ton fort, ni jouer la comédie. Si tu as une question, tu la poseras. Si tu as une remarque à faire, tu la feras. Tu n’as pas vraiment de filtre. Même avec tes émotions d’ailleurs. Tu ne sais pas vraiment les cacher. Ton visage est comme un livre ouvert la plupart du temps. Tu as bien tenté d’être moins expressif parfois mais sans succès. Cependant, tu ne pleureras jamais devant quelqu’un.

Tu ne pardonnes pas. La trahison doit être la seule chose que tu ne peux pas tolérer. Il n’y aura pas de retour en arrière avec toi. Qu’importe les raisons, tu seras intransigeant. Pourtant, tu es quelqu’un de tolérant et de facile à vivre. Tu te contentes du minimum et les manies des autres ne te gênent pas. Tu sais même t’y adapter.

Tu es relativement docile. Tu exécuteras les ordres que l’on te donne la plupart du temps. Cependant, tu tiens à ce que l’on ne te parle pas comme à un chien ou ne te traite comme tel. Tu es esclave mais tu as ta dignité et ta fierté. Tu trouves d’ailleurs consternant le besoin de certains vampires à se sentir puissant en maltraitant des humains. Tu ne pourras t’empêcher d’ailleurs de leur dire combien tu les trouves pathétiques d’agir de la sorte. Tu n’es pas provocateur pourtant. Ta voix sera seulement empreinte de pitié, laissant l’animosité au placard. Tu te dis qu’un jour, tes paroles porteront leur fruit.

Tu es un non-violent. Tu es puissant. Ta musculature en est la preuve. Pourtant, tu n’as jamais recours à la force physique. Si on t’attaque, tu ne riposteras pas. Tu adopteras toujours une position défensive qu’offensive et tu garderas un calme dérangeant pour ceux voulant te faire plier.

Tu es un peu fataliste. Tu ne crois pas que l’humanité reviendra en force. Tu vis ta vie comme tu la reçue et tu t’y adaptes, appréciant les bons moments qu’elle t’offre sans essayer de changer les choses.

Tu es séducteur. Quand quelqu’un te plaît, tu n’hésites pas à jouer de sous-entendus pour l’obtenir à avoir un contact plus charnel avec toi. Tu n’es pas timide ou prude avec ces choses là. Tu sais ce que tu veux et tu aimes le sexe, comme tout le monde. D’ailleurs, tu peux te montrer aussi bien fougueux que doux avec tes partenaires et tu n’as rien contre le fait de les laisser te dominer un peu au lit.

Tu es loyal. Trahir quelqu’un pour ton intérêt personnel, tu ne connais pas. Tu es une personne fiable et on peut te faire confiance. Cependant, tu n’accordes pas cela à tout le monde. Par exemple, un maître qui te traite mal, tu prendras la tangente dès que l’occasion se présentera à toi sans remords.

Tu gardes tes distances. Malgré ton côté sociable, tu as du mal à t’attacher réellement aux gens. Peut-être parce que tu sais que cela ne servirait à rien. Au centre de dressage, à la boutique, chez tes maîtres,…tu ne restes que pendant un temps alors à quoi bon approfondir tes liens avec autrui ? Tu aimes donc leur compagnie mais tu protèges ton cœur de s’attacher à eux pour ne pas souffrir par la suite.


Histoire

- Là, des humains !

Tu levas la tête en direction de la voix mais tu n’eus pas le temps de voir à qui elle appartenait. Ta mère avait déjà agrippé ta main et t’avait ordonné de courir aussi vite que possible. Tu ne comprenais pas ce qui était en train de se passer mais tu serras fermement sa main, essayant de suivre ses grandes enjambées du mieux que tu pouvais. Pourquoi fallait-il fuir ? Tu étais confus. Ta mère le comprit et te regarda pour t’encourager à avancer. Ses yeux se voulurent encourageant mais tu pus y lire la peur dedans et ton cœur se serra tout d’un coup.  

Sans comprendre comment, tu te retrouvas propulsé en arrière, tombant alors au sol, aux côtés de ta mère qui subit le même traitement. Tu relevas les yeux, apeuré, et tu vis la silhouette d’un homme de bonne carrure vous faire face à quelques mètres de là. Tu l’entendis alors glousser de satisfaction avant de le voir se rapprocher. Tu avais peur. Une peur que tu n’avais encore jamais connu jusqu’à maintenant parce que ta mère avait tout fait pour t’en écarter. Peut-être trop.

- Qu’est-ce que nous avons là. Une mère et son rejeton. C’est adorable.

Tu vis ensuite ta mère se faire attraper par les cheveux sans ménagement et tirer sur le sol par cet homme avant de sentir des bras venir t’encercler et te soulever du sol sans difficulté pour que tu ne puisses pas la rejoindre. Ils étaient deux. Tu t’entendis crier « Maman ! » comme un fou et tu te débattis mais rien n’y fit. Tu étais bloqué. Tu commenças alors à pleurer. Cela dû énerver l’homme qui te tenait puisque tu sentis rapidement sa main venir couvrir ta bouche pour atténuer les sons que tu produisais.

Mais qu’était-il en train d’arriver ? Qui était ces hommes ?

- Je vous en prie…Il est si jeune…Laissez-le partir.

Tu entendis son assaillant ricaner et venir lui déchirer le haut qu’elle portait, faisant jaillirent ses seins à la vue de tous. Tu la vis ensuite les couvrir et reculer mais l’homme lui attrapa le bras pour la ramener à lui.

- Enfin une femme. Et d’une beauté exquise qui plus est. La forêt regorge de trésors on dirait.

Tu tentas alors de mordre la main qui t’empêchait de pleurer mais là encore, sans succès. L’homme ne tressaillit point sous tes dents.

- Regarde petit homme. Regarde bien. Tu vas assister à ton premier cours d’éducation sexuelle.

Comme ordonné, tes yeux se posèrent sur ta mère qui se mit à crier des « Non! Pas ça ! Non ! », tout en tentant de faire lâcher son agresseur. Mais tu paniquas et tu fermas rapidement les yeux, ne voulant pas voir ce qui allait se passer ensuite. Les cris déchirants de ta mère, le ricanement des hommes, les froissements de tissus,…Tu voulais que tout cela cesse.

Tu te relevas brusquement, en sueur et en ayant la respiration saccadée. Quel mauvais cauchemar. Pourtant, tu y étais habitué, cela n’était pas la première fois que tes souvenirs t’assaillaient durant ton sommeil depuis que tu étais ici, mais tu n’arrivais pas à t’y faire.

- ça va ? Encore un de tes cauchemars ?

Tu tournas la tête vers la couchette à côté de toi et tu acquiesças. C’était un petit garçon, tout comme toi, avec qui tu t’étais lié d’amitié à ton arrivée ici il y a maintenant deux ans. Tu lui avais tout raconté de ton passé. La mort de ton père quand tu n’étais encore qu’un bébé, ta vie dans la forêt avec ta mère et comment tu atterris ici à tes 6 ans. En échange, il te raconta son histoire, celle de tout esclave provenant d’un centre de reproduction, et t’apprit ce qu’était un vampire, ce dont tes parents avaient omis de t’expliquer, voulant te protéger à tout prix du monde extérieur et de ses dangers. Une certaine amitié se créa rapidement entre vous, celle de ceux se retrouvant dans le même bateau.

Tu te recouchas et tu te rendormis rapidement. Tu savais ce qu’il t’attendait demain. Encore et toujours plus de cours. Tu ne détestais pas ça, au contraire, tu aimais pouvoir apprendre à lire, à écrire et à compter. C’était tes cours préférés. En revanche, tu aimais beaucoup moins quand venait les cours de soumission, où la violence était souvent présente…

Les années passantes, tu grandis et l’adolescence pointa le bout de son nez. Tu commenças à sécréter de la testostérone et ton corps s’en vit radicalement changé. Tes muscles se développèrent, ta silhouette devint massive et ta pilosité apparut sur ton torse, ton visage, ton entre-jambes et tes dessous de bras comme si de rien n’était. Mentalement, tu t’affirmas plus et tu devins une sorte de défenseur des esclaves opprimés, prenant les coups à leur place quand tu le pouvais parce que tu croyais au destin et tu sentais que c’était ton devoir pour avoir été doté d’un corps si robuste.

Cependant, tu l’utilisas aussi d’une toute autre manière. Ta sexualité désormais en ébullition, tu te mis à séduire et à être séduit, découvrant les plaisirs de la chair durant la nuit avec certains esclaves. Le premier que tu pris fut toutefois ton ami, qui avait aussi embrassé la puberté quelques mois après toi.

Mais les bonnes choses avaient toujours une fin…

Tu atteignis l’âge d’être vendu. Les adieux à ton ami furent difficiles à faire mais pas insurmontables. Tu avais rapidement compris que tu ne devais pas trop t’attacher à ceux que tu rencontrais alors tu avais fais en sorte de garder une certaine distance avec eux. On t’amena à une modeste boutique et la réalité de ton sort te frappa de plein fouet. Tu te retrouvas en vitrine tel du bétail attendant de taper dans l’œil d’un acquéreur. Tu le vécus mal pendant un temps mais tu t’y adaptas.

Neuf mois passèrent et tu trouvas finalement un intéressé. Un libraire d’une vingtaine d’années d’apparence. Ton corps robuste lui avait plu. Il t’invita donc à vivre chez lui, un petit appartement au-dessus de son magasin de livres, et il te fit travailler avec lui. Tu réarrangeais les bouquins de temps en temps et il t’apprit comment en rénover certains qui avaient besoin d’un rafraîchissement. Il était agréable avec toi et tu aimais discuter des histoires que tu lisais avec lui. Rapidement, tu t’aperçus avoir un faible pour les livres de cuisine et tu les mettais en pratique chez lui, pour son plus grand bonheur.

Un an passa au cours duquel tu te rapprochas de lui. Tu avais remarqué que tu lui plaisais et comme il te ne déplaisait pas, tu avais fait le reste. Au début, tu partageais son lit que de temps en temps, quand il en avait envie puis cela devint plus fréquent. Tu n’étais pas contre, appréciant de pouvoir avoir régulièrement des relations charnelles avec lui.

Un beau jour, après plus de quatre ans de vie commune, il te déclara sa flamme. Tu ne fus pas plus que ça surpris. En réalité, tu avais fais l’autruche, te disant qu’il ne te l’avouerait jamais, vu son tempérament timide, donc que tu n’aurais pas à lui dire que pour toi, c’était différent. Ce jour-là, ton honnêteté te desservit. Blessé, il te renvoya en boutique, ne voulant pas continuer avec un humain qui ne pouvait pas lui retourner ses sentiments.

Ton second maître arriva 12 mois plus tard. Un vieux vampire à la silhouette fine d’apparence jeune et au caractère capricieux. A tes yeux, il n’était qu’un gamin ayant du pouvoir et qui en abusait pour soumettre les autres à ses quatre volontés. D’ailleurs, tu n’y échappas pas. Il t’avait prit comme esclave sexuel et tu t’y plias malgré toi. Sa force avait eu raison de toi. Cela dura bien trois ans avant qu’il ne se lasse finalement de toi pour te renvoyer à la case départ et tu en fus bien content parce qu’il t’en avait fait voir des vertes et des pas mûres.

Ton dernier maître se présenta à toi quelques mois plus tard. C’était un vampire plutôt grand, avec une certaine prestance. Une fois de retour de la boutique et t’avoir fait un petit tour du propriétaire, il t’expliqua qu’il était un fervent défenseur d’esclaves  et te demanda si tu voulais l’aider dans cette tâche. Tu acceptas, évidemment. Ce fut la première fois que tu pus sortir au dehors seul et durant la journée. Même ton premier maître n’avait pas voulu te l’accorder, étant un tantinet possessif.

Durant tes trois années passées avec ce vampire, ta peau pu connaître l’effet bronzé et tu rencontras d’autres humains et hybrides, même certains venants de l’extérieur. Pourtant, tu ne désirais pas spécialement y retourner toi, à l’extérieur. Tu te savais plus utile ici. Et puis, rien ne t’attendait là-bas.

Malheureusement, le sort s’acharna sur toi. Ton maître tomba sous le joug des autorités vampires qui avait interdit l’aide aux esclaves et tu fus donc renvoyé en boutique. Une boutique bien plus miteuse que la première que tu connus parce qu’à 29 ans, tu avais perdu de ta valeur.

Aujourd’hui, tu espères donc qu’on te remarque une fois de plus mais tu es confiant. Tu sais que tu as encore des choses à accomplir et que le destin ne veut pas te voir finir comme ces esclaves qui sont envoyés à la banque du sang de Dornia parce que plus aucuns vampires ne veulent d’eux.

Fiche modifiée par Fondateur, basée sur celle de Reira de Libre-graph'


Code:
<center>
<div style="border-radius: 10px;-moz-border-radius: 10px; -webkit-border-radius: 10px;width:500px; padding: 10px; padding: 5px; background-color: #161217; text-align: center; border: 1px solid #AD2323; ">
<link href="https://fonts.googleapis.com/css?family=Abel|Roboto" rel="stylesheet" />  <link href="https://fonts.googleapis.com/css?family=Lato" rel="stylesheet"><div style="margin-bottom: -15px; font-family: 'Abel', sans-serif; font-size: 40px; color: #AD2323; ">Prénom & Nom</div><br/>
<table width="100%" cellspacing="8px" cellpadding="0px">
<tr><td colspan=width="50%"><div style="width: 200px;height:400px;padding: 5px;background-color: #AD2323;"><img src="https://i58.servimg.com/u/f58/12/87/30/45/2-1110.jpg" style="width:200px;height:400px;"</a></div> <td colspan=width="50%"><div style="width: 250px;height: 400px; padding: 5px;background-color: #1D171F;overflow: auto;text-align:justify;color:#CBBECC;font-size:12px;font-family: 'Lato', sans-serif;">
[center]<div style="margin-bottom: -15px; font-family: 'Abel', sans-serif; font-size: 20px; color: #AD2323; ">Informations</div>[/center]
<br/><div style="border-top:2px solid #AD2323;margin-top:10px;"></div>
[b][color=#AD2323]Groupe:[/color][/b] Maîtresses
[b][color=#AD2323]Surnom:[/color] [/b] Au choix
[b][color=#AD2323]Race:[/color][/b] Hybride panthère noire
[b][color=#AD2323]Age:[/color][/b] 24 ans
[b][color=#AD2323]Date de naissance:[/color][/b] 2 mai 94
[b][color=#AD2323]Ses origines:[/color][/b] Née en Amérique
[b][color=#AD2323]Métier:[/color][/b] ...
[b][color=#AD2323]Orientation Sexuelle:[/color][/b] Hétérosexuelle
[b][color=#AD2323]Situation financière:[/color][/b] (pauvre, modeste, confortable, aisé, très aisé)
[b][color=#AD2323]Famille & amis:[/color][/b] (père, mère, frères, soeurs, tantes, grand-parents, ami d'enfance ? Mettre ici les personnes qui comptent vraiment pour votre personnage)

[center]<div style="margin-bottom: -15px;font-family: 'Abel', sans-serif; font-size: 20px; color: #AD2323; ">Vous</div>[/center]
<br/><div style="border-top:2px solid #AD2323;margin-top:10px;"></div>
[b][color=#AD2323]Age:[/color][/b] Ecrire ici. Indique-nous ton âge réel (obligatoire)
[b][color=#AD2323]Comment as-tu découvert le forum ?[/color][/b] Ecrire ici. (top sites, partenariat, membre, ami, ami d'un ami, etc)
[b][color=#AD2323]Es-tu un DC ? De qui ?[/color][/b] Ecrire ici (oui/non) (mettre le compte principal)
[b][color=#AD2323]As-tu des questions ?[/color][/b] Ecrire ici.
[b][color=#AD2323]Un commentaire à faire ?[/color][/b]  Ecrire ici.
</div></td></table>
<div style="background:#2A1F2D;margin:5px; margin-bottom: -15px; font-family: 'Abel', sans-serif; font-size: 20px; color: #AD2323;padding:2px;">Physique</div>
<div style="margin-left:5px;width: 480px; padding: 5px;background-color: #1D171F;overflow: auto;text-align:justify;color:#CBBECC;font-size:12px;font-family: 'Lato', sans-serif;">Du haut de tes 1m86, tu ne passes pas inaperçu. Ton corps est massif de naissance et semble avoir été taillé dans la pierre. Par exemple, ton cou est large, faisant penser à celui d’un taureau, et tes épaules solides sont assez fortes pour porter de grosses charges. Tes jambes aussi sont taillées comme le reste. Tu n’es donc pas très agile avec toute cette masse musculaire mais tu es parfait quand il s’agit de pouvoir résister aux coups plus facilement et protéger ton prochain.

Ton visage est à l’image de ton corps. Mâchoire carrée, sourcils et barbe fournis, lignes grossières,…Ta masculinité ne peut  être remise en cause. Toutefois, tes yeux bleu-nuit, tes cheveux mi-long blond cendré, et tes lèvres charnues apportent une certaine douceur à ton visage, en plus de ton sourire qui l’illumine de temps en temps. D'ailleurs, grâce à ça, tu n’as pas la réputation de faire peur à qui que ce soit malgré ta silhouette imposante. De plus, ton calme naturel et ta maturité amènent plutôt la sympathie et la confiance des autres à ton égard.

En somme, ton physique est viril, proche de celui d’un bûcheron de l’époque avec la pilosité qui va avec, et tu sais que cela plaît. Toutefois, tu restes humble et tu n’es pas du genre à en jouer pour te faire apprécier des autres ou bien les séduire.

Détail important : Code de barre situé sur le poignet gauche.

</div>
<div style="background:#2A1F2D;margin:5px; margin-bottom: -15px; font-family: 'Abel', sans-serif; font-size: 20px; color: #AD2323;padding:2px;">Caractère</div>
<div style="margin-left:5px;width: 480px; padding: 5px;background-color: #1D171F;overflow: auto;text-align:justify;color:#CBBECC;font-size:12px;font-family: 'Lato', sans-serif;">Tu es d’un naturel protecteur. Quand un plus faible que toi se prend des coups, tu ne peux pas rester à ne rien faire. Tu seras son bouclier. Toutefois, tu sais que tu n’es pas de pierre mais tu as foi en ton corps. La nature a été généreuse avec toi et tu crois que cela n’était pas pour rien.

Tu crois au destin. Pour toi, toute chose n’arrive jamais par hasard. La mort de ton père avant ta naissance, celle de ta mère à ta capture par des chasseurs vampires, toi devenant esclave. Tout était déjà tracé et même si le but de ces événements n’est pas clair à tes yeux pour le moment, tu sais qu’il y en a un.

Tu es honnête et franc. Le mensonge n’est donc pas ton fort, ni jouer la comédie. Si tu as une question, tu la poseras. Si tu as une remarque à faire, tu la feras. Tu n’as pas vraiment de filtre. Même avec tes émotions d’ailleurs. Tu ne sais pas vraiment les cacher. Ton visage est comme un livre ouvert la plupart du temps. Tu as bien tenté d’être moins expressif parfois mais sans succès. Cependant, tu ne pleureras jamais devant quelqu’un.

Tu ne pardonnes pas. La trahison doit être la seule chose que tu ne peux pas tolérer. Il n’y aura pas de retour en arrière avec toi. Qu’importe les raisons, tu seras intransigeant. Pourtant, tu es quelqu’un de tolérant et de facile à vivre. Tu te contentes du minimum et les manies des autres ne te gênent pas. Tu sais même t’y adapter.

Tu es relativement docile. Tu exécuteras les ordres que l’on te donne la plupart du temps. Cependant, tu tiens à ce que l’on ne te parle pas comme à un chien ou ne te traite comme tel. Tu es esclave mais tu as ta dignité et ta fierté. Tu trouves d’ailleurs consternant le besoin de certains vampires à se sentir puissant en maltraitant des humains. Tu ne pourras t’empêcher d’ailleurs de leur dire combien tu les trouves pathétiques d’agir de la sorte. Tu n’es pas provocateur pourtant. Ta voix sera seulement empreinte de pitié, laissant l’animosité au placard. Tu te dis qu’un jour, tes paroles porteront leur fruit.

Tu es un non-violent. Tu es puissant. Ta musculature en est la preuve. Pourtant, tu n’as jamais recours à la force physique. Si on t’attaque, tu ne riposteras pas. Tu adopteras toujours une position défensive qu’offensive et tu garderas un calme dérangeant pour ceux voulant te faire plier.

Tu es un peu fataliste. Tu ne crois pas que l’humanité reviendra en force. Tu vis ta vie comme tu la reçue et tu t’y adaptes, appréciant les bons moments qu’elle t’offre sans essayer de changer les choses.

Tu es séducteur. Quand quelqu’un te plaît, tu n’hésites pas à jouer de sous-entendus pour l’obtenir à avoir un contact plus charnel avec toi. Tu n’es pas timide ou prude avec ces choses là. Tu sais ce que tu veux et tu aimes le sexe, comme tout le monde. D’ailleurs, tu peux te montrer aussi bien fougueux que doux avec tes partenaires et tu n’as rien contre le fait de les laisser te dominer un peu au lit.

Tu es loyal. Trahir quelqu’un pour ton intérêt personnel, tu ne connais pas. Tu es une personne fiable et on peut te faire confiance. Cependant, tu n’accordes pas cela à tout le monde. Par exemple, un maître qui te traite mal, tu prendras la tangente dès que l’occasion se présentera à toi sans remords.

Tu gardes tes distances. Malgré ton côté sociable, tu as du mal à t’attacher réellement aux gens. Peut-être parce que tu sais que cela ne servirait à rien. Au centre de dressage, à la boutique, chez tes maîtres,…tu ne restes que pendant un temps alors à quoi bon approfondir tes liens avec autrui ? Tu aimes donc leur compagnie mais tu protèges ton cœur de s’attacher à eux pour ne pas souffrir par la suite.
</div>

<div style="background:#2A1F2D;margin:5px; margin-bottom: -15px; font-family: 'Abel', sans-serif; font-size: 20px; color: #AD2323;padding:2px;">Histoire</div>
<div style="margin-left:5px;width: 480px; padding: 5px;background-color: #1D171F;overflow: auto;text-align:justify;color:#CBBECC;font-size:12px;font-family: 'Lato', sans-serif;">- Là, des humains !

Tu levas la tête en direction de la voix mais tu n’eus pas le temps de voir à qui elle appartenait. Ta mère avait déjà agrippé ta main et t’avait ordonné de courir aussi vite que possible. Tu ne comprenais pas ce qui était en train de se passer mais tu serras fermement sa main, essayant de suivre ses grandes enjambées du mieux que tu pouvais. Pourquoi fallait-il fuir ? Tu étais confus. Ta mère le comprit et te regarda pour t’encourager à avancer. Ses yeux se voulurent encourageant mais tu pus y lire la peur dedans et ton cœur se serra tout d’un coup.  

Sans comprendre comment, tu te retrouvas propulsé en arrière, tombant alors au sol, aux côtés de ta mère qui subit le même traitement. Tu relevas les yeux, apeuré, et tu vis la silhouette d’un homme de bonne carrure vous faire face à quelques mètres de là. Tu l’entendis alors glousser de satisfaction avant de le voir se rapprocher. Tu avais peur. Une peur que tu n’avais encore jamais connu jusqu’à maintenant parce que ta mère avait tout fait pour t’en écarter. Peut-être trop.

- Qu’est-ce que nous avons là. Une mère et son rejeton. C’est adorable.

Tu vis ensuite ta mère se faire attraper par les cheveux sans ménagement et tirer sur le sol par cet homme avant de sentir des bras venir t’encercler et te soulever du sol sans difficulté pour que tu ne puisses pas la rejoindre. Ils étaient deux. Tu t’entendis crier « Maman ! » comme un fou et tu te débattis mais rien n’y fit. Tu étais bloqué. Tu commenças alors à pleurer. Cela dû énerver l’homme qui te tenait puisque tu sentis rapidement sa main venir couvrir ta bouche pour atténuer les sons que tu produisais.

Mais qu’était-il en train d’arriver ? Qui était ces hommes ?

- Je vous en prie…Il est si jeune…Laissez-le partir.

Tu entendis son assaillant ricaner et venir lui déchirer le haut qu’elle portait, faisant jaillirent ses seins à la vue de tous. Tu la vis ensuite les couvrir et reculer mais l’homme lui attrapa le bras pour la ramener à lui.

- Enfin une femme. Et d’une beauté exquise qui plus est. La forêt regorge de trésors on dirait.

Tu tentas alors de mordre la main qui t’empêchait de pleurer mais là encore, sans succès. L’homme ne tressaillit point sous tes dents.

- Regarde petit homme. Regarde bien. Tu vas assister à ton premier cours d’éducation sexuelle.

Comme ordonné, tes yeux se posèrent sur ta mère qui se mit à crier des « Non! Pas ça ! Non ! », tout en tentant de faire lâcher son agresseur. Mais tu paniquas et tu fermas rapidement les yeux, ne voulant pas voir ce qui allait se passer ensuite. Les cris déchirants de ta mère, le ricanement des hommes, les froissements de tissus,…Tu voulais que tout cela cesse.

Tu te relevas brusquement, en sueur et en ayant la respiration saccadée. Quel mauvais cauchemar. Pourtant, tu y étais habitué, cela n’était pas la première fois que tes souvenirs t’assaillaient durant ton sommeil depuis que tu étais ici, mais tu n’arrivais pas à t’y faire.

- ça va ? Encore un de tes cauchemars ?

Tu tournas la tête vers la couchette à côté de toi et tu acquiesças. C’était un petit garçon, tout comme toi, avec qui tu t’étais lié d’amitié à ton arrivée ici il y a maintenant deux ans. Tu lui avais tout raconté de ton passé. La mort de ton père quand tu n’étais encore qu’un bébé, ta vie dans la forêt avec ta mère et comment tu atterris ici à tes 6 ans. En échange, il te raconta son histoire, celle de tout esclave provenant d’un centre de reproduction, et t’apprit ce qu’était un vampire, ce dont tes parents avaient omis de t’expliquer, voulant te protéger à tout prix du monde extérieur et de ses dangers. Une certaine amitié se créa rapidement entre vous, celle de ceux se retrouvant dans le même bateau.

Tu te recouchas et tu te rendormis rapidement. Tu savais ce qu’il t’attendait demain. Encore et toujours plus de cours. Tu ne détestais pas ça, au contraire, tu aimais pouvoir apprendre à lire, à écrire et à compter. C’était tes cours préférés. En revanche, tu aimais beaucoup moins quand venait les cours de soumission, où la violence était souvent présente…

Les années passantes, tu grandis et l’adolescence pointa le bout de son nez. Tu commenças à sécréter de la testostérone et ton corps s’en vit radicalement changé. Tes muscles se développèrent, ta silhouette devint massive et ta pilosité apparut sur ton torse, ton visage, ton entre-jambes et tes dessous de bras comme si de rien n’était. Mentalement, tu t’affirmas plus et tu devins une sorte de défenseur des esclaves opprimés, prenant les coups à leur place quand tu le pouvais parce que tu croyais au destin et tu sentais que c’était ton devoir pour avoir été doté d’un corps si robuste.

Cependant, tu l’utilisas aussi d’une toute autre manière. Ta sexualité désormais en ébullition, tu te mis à séduire et à être séduit, découvrant les plaisirs de la chair durant la nuit avec certains esclaves. Le premier que tu pris fut toutefois ton ami, qui avait aussi embrassé la puberté quelques mois après toi.

Mais les bonnes choses avaient toujours une fin…

Tu atteignis l’âge d’être vendu. Les adieux à ton ami furent difficiles à faire mais pas insurmontables. Tu avais rapidement compris que tu ne devais pas trop t’attacher à ceux que tu rencontrais alors tu avais fais en sorte de garder une certaine distance avec eux. On t’amena à une modeste boutique et la réalité de ton sort te frappa de plein fouet. Tu te retrouvas en vitrine tel du bétail attendant de taper dans l’œil d’un acquéreur. Tu le vécus mal pendant un temps mais tu t’y adaptas.

Neuf mois passèrent et tu trouvas finalement un intéressé. Un libraire d’une vingtaine d’années d’apparence. Ton corps robuste lui avait plu. Il t’invita donc à vivre chez lui, un petit appartement au-dessus de son magasin de livres, et il te fit travailler avec lui. Tu réarrangeais les bouquins de temps en temps et il t’apprit comment en rénover certains qui avaient besoin d’un rafraîchissement. Il était agréable avec toi et tu aimais discuter des histoires que tu lisais avec lui. Rapidement, tu t’aperçus avoir un faible pour les livres de cuisine et tu les mettais en pratique chez lui, pour son plus grand bonheur.

Un an passa au cours duquel tu te rapprochas de lui. Tu avais remarqué que tu lui plaisais et comme il te ne déplaisait pas, tu avais fait le reste. Au début, tu partageais son lit que de temps en temps, quand il en avait envie puis cela devint plus fréquent. Tu n’étais pas contre, appréciant de pouvoir avoir régulièrement des relations charnelles avec lui.

Un beau jour, après plus de quatre ans de vie commune, il te déclara sa flamme. Tu ne fus pas plus que ça surpris. En réalité, tu avais fais l’autruche, te disant qu’il ne te l’avouerait jamais, vu son tempérament timide, donc que tu n’aurais pas à lui dire que pour toi, c’était différent. Ce jour-là, ton honnêteté te desservit. Blessé, il te renvoya en boutique, ne voulant pas continuer avec un humain qui ne pouvait pas lui retourner ses sentiments.

Ton second maître arriva 12 mois plus tard. Un vieux vampire à la silhouette fine d’apparence jeune et au caractère capricieux. A tes yeux, il n’était qu’un gamin ayant du pouvoir et qui en abusait pour soumettre les autres à ses quatre volontés. D’ailleurs, tu n’y échappas pas. Il t’avait prit comme esclave sexuel et tu t’y plias malgré toi. Sa force avait eu raison de toi. Cela dura bien trois ans avant qu’il ne se lasse finalement de toi pour te renvoyer à la case départ et tu en fus bien content parce qu’il t’en avait fait voir des vertes et des pas mûres.

Ton dernier maître se présenta à toi quelques mois plus tard. C’était un vampire plutôt grand, avec une certaine prestance. Une fois de retour de la boutique et t’avoir fait un petit tour du propriétaire, il t’expliqua qu’il était un fervent défenseur d’esclaves  et te demanda si tu voulais l’aider dans cette tâche. Tu acceptas, évidemment. Ce fut la première fois que tu pus sortir au dehors seul et durant la journée. Même ton premier maître n’avait pas voulu te l’accorder, étant un tantinet possessif.

Durant tes trois années passées avec ce vampire, ta peau pu connaître l’effet bronzé et tu rencontras d’autres humains et hybrides, même certains venants de l’extérieur. Pourtant, tu ne désirais pas spécialement y retourner toi, à l’extérieur. Tu te savais plus utile ici. Et puis, rien ne t’attendait là-bas.

Malheureusement, le sort s’acharna sur toi. Ton maître tomba sous le joug des autorités vampires qui avait interdit l’aide aux esclaves et tu fus donc renvoyé en boutique. Une boutique bien plus miteuse que la première que tu connus parce qu’à 29 ans, tu avais perdu de ta valeur.

Aujourd’hui, tu espères donc qu’on te remarque une fois de plus mais tu es confiant. Tu sais que tu as encore des choses à accomplir et que le destin ne veut pas te voir finir comme ces esclaves qui sont envoyés à la banque du sang de Dornia parce que plus aucuns vampires ne veulent d’eux.
</div>
[url=http://libre-graph.forumperso.com/]<font color="#AD2323">[size=10]Fiche modifiée par Fondateur, basée sur celle de Reira de Libre-graph'[/size]</font>[/url]
</div></center></div>


Dernière édition par Admin le Dim 12 Aoû - 8:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mafiasworld.forumactif.com

Admin
Date d'inscription : 08/08/2018
Messages : 18
http://mafiasworld.forumactif.com
avatar


MessageSujet: Re: Zack   Dim 12 Aoû - 8:05



Prénom & Nom




Informations


Groupe: Maîtresses
Surnom: Au choix
Race: Hybride panthère noire
Age: 24 ans
Date de naissance: 2 mai 94
Ses origines: Née en Amérique
Métier: ...
Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
Situation financière: (pauvre, modeste, confortable, aisé, très aisé)
Famille & amis: (père, mère, frères, soeurs, tantes, grand-parents, ami d'enfance ? Mettre ici les personnes qui comptent vraiment pour votre personnage)

Vous


Age: Ecrire ici. Indique-nous ton âge réel (obligatoire)
Comment as-tu découvert le forum ? Ecrire ici. (top sites, partenariat, membre, ami, ami d'un ami, etc)
Es-tu un DC ? De qui ? Ecrire ici (oui/non) (mettre le compte principal)
As-tu des questions ? Ecrire ici.
Un commentaire à faire ? Ecrire ici.
Physique

Du haut de tes 1m86, tu ne passes pas inaperçu. Ton corps est massif de naissance et semble avoir été taillé dans la pierre. Par exemple, ton cou est large, faisant penser à celui d’un taureau, et tes épaules solides sont assez fortes pour porter de grosses charges. Tes jambes aussi sont taillées comme le reste. Tu n’es donc pas très agile avec toute cette masse musculaire mais tu es parfait quand il s’agit de pouvoir résister aux coups plus facilement et protéger ton prochain.

Ton visage est à l’image de ton corps. Mâchoire carrée, sourcils et barbe fournis, lignes grossières,…Ta masculinité ne peut être remise en cause. Toutefois, tes yeux bleu-nuit, tes cheveux mi-long blond cendré, et tes lèvres charnues apportent une certaine douceur à ton visage, en plus de ton sourire qui l’illumine de temps en temps. D'ailleurs, grâce à ça, tu n’as pas la réputation de faire peur à qui que ce soit malgré ta silhouette imposante. De plus, ton calme naturel et ta maturité amènent plutôt la sympathie et la confiance des autres à ton égard.

En somme, ton physique est viril, proche de celui d’un bûcheron de l’époque avec la pilosité qui va avec, et tu sais que cela plaît. Toutefois, tu restes humble et tu n’es pas du genre à en jouer pour te faire apprécier des autres ou bien les séduire.

Détail important : Code de barre situé sur le poignet gauche.


Caractère

Tu es d’un naturel protecteur. Quand un plus faible que toi se prend des coups, tu ne peux pas rester à ne rien faire. Tu seras son bouclier. Toutefois, tu sais que tu n’es pas de pierre mais tu as foi en ton corps. La nature a été généreuse avec toi et tu crois que cela n’était pas pour rien.

Tu crois au destin. Pour toi, toute chose n’arrive jamais par hasard. La mort de ton père avant ta naissance, celle de ta mère à ta capture par des chasseurs vampires, toi devenant esclave. Tout était déjà tracé et même si le but de ces événements n’est pas clair à tes yeux pour le moment, tu sais qu’il y en a un.

Tu es honnête et franc. Le mensonge n’est donc pas ton fort, ni jouer la comédie. Si tu as une question, tu la poseras. Si tu as une remarque à faire, tu la feras. Tu n’as pas vraiment de filtre. Même avec tes émotions d’ailleurs. Tu ne sais pas vraiment les cacher. Ton visage est comme un livre ouvert la plupart du temps. Tu as bien tenté d’être moins expressif parfois mais sans succès. Cependant, tu ne pleureras jamais devant quelqu’un.

Tu ne pardonnes pas. La trahison doit être la seule chose que tu ne peux pas tolérer. Il n’y aura pas de retour en arrière avec toi. Qu’importe les raisons, tu seras intransigeant. Pourtant, tu es quelqu’un de tolérant et de facile à vivre. Tu te contentes du minimum et les manies des autres ne te gênent pas. Tu sais même t’y adapter.

Tu es relativement docile. Tu exécuteras les ordres que l’on te donne la plupart du temps. Cependant, tu tiens à ce que l’on ne te parle pas comme à un chien ou ne te traite comme tel. Tu es esclave mais tu as ta dignité et ta fierté. Tu trouves d’ailleurs consternant le besoin de certains vampires à se sentir puissant en maltraitant des humains. Tu ne pourras t’empêcher d’ailleurs de leur dire combien tu les trouves pathétiques d’agir de la sorte. Tu n’es pas provocateur pourtant. Ta voix sera seulement empreinte de pitié, laissant l’animosité au placard. Tu te dis qu’un jour, tes paroles porteront leur fruit.

Tu es un non-violent. Tu es puissant. Ta musculature en est la preuve. Pourtant, tu n’as jamais recours à la force physique. Si on t’attaque, tu ne riposteras pas. Tu adopteras toujours une position défensive qu’offensive et tu garderas un calme dérangeant pour ceux voulant te faire plier.

Tu es un peu fataliste. Tu ne crois pas que l’humanité reviendra en force. Tu vis ta vie comme tu la reçue et tu t’y adaptes, appréciant les bons moments qu’elle t’offre sans essayer de changer les choses.

Tu es séducteur. Quand quelqu’un te plaît, tu n’hésites pas à jouer de sous-entendus pour l’obtenir à avoir un contact plus charnel avec toi. Tu n’es pas timide ou prude avec ces choses là. Tu sais ce que tu veux et tu aimes le sexe, comme tout le monde. D’ailleurs, tu peux te montrer aussi bien fougueux que doux avec tes partenaires et tu n’as rien contre le fait de les laisser te dominer un peu au lit.

Tu es loyal. Trahir quelqu’un pour ton intérêt personnel, tu ne connais pas. Tu es une personne fiable et on peut te faire confiance. Cependant, tu n’accordes pas cela à tout le monde. Par exemple, un maître qui te traite mal, tu prendras la tangente dès que l’occasion se présentera à toi sans remords.

Tu gardes tes distances. Malgré ton côté sociable, tu as du mal à t’attacher réellement aux gens. Peut-être parce que tu sais que cela ne servirait à rien. Au centre de dressage, à la boutique, chez tes maîtres,…tu ne restes que pendant un temps alors à quoi bon approfondir tes liens avec autrui ? Tu aimes donc leur compagnie mais tu protèges ton cœur de s’attacher à eux pour ne pas souffrir par la suite.


Histoire

- Là, des humains !

Tu levas la tête en direction de la voix mais tu n’eus pas le temps de voir à qui elle appartenait. Ta mère avait déjà agrippé ta main et t’avait ordonné de courir aussi vite que possible. Tu ne comprenais pas ce qui était en train de se passer mais tu serras fermement sa main, essayant de suivre ses grandes enjambées du mieux que tu pouvais. Pourquoi fallait-il fuir ? Tu étais confus. Ta mère le comprit et te regarda pour t’encourager à avancer. Ses yeux se voulurent encourageant mais tu pus y lire la peur dedans et ton cœur se serra tout d’un coup.

Sans comprendre comment, tu te retrouvas propulsé en arrière, tombant alors au sol, aux côtés de ta mère qui subit le même traitement. Tu relevas les yeux, apeuré, et tu vis la silhouette d’un homme de bonne carrure vous faire face à quelques mètres de là. Tu l’entendis alors glousser de satisfaction avant de le voir se rapprocher. Tu avais peur. Une peur que tu n’avais encore jamais connu jusqu’à maintenant parce que ta mère avait tout fait pour t’en écarter. Peut-être trop.

- Qu’est-ce que nous avons là. Une mère et son rejeton. C’est adorable.

Tu vis ensuite ta mère se faire attraper par les cheveux sans ménagement et tirer sur le sol par cet homme avant de sentir des bras venir t’encercler et te soulever du sol sans difficulté pour que tu ne puisses pas la rejoindre. Ils étaient deux. Tu t’entendis crier « Maman ! » comme un fou et tu te débattis mais rien n’y fit. Tu étais bloqué. Tu commenças alors à pleurer. Cela dû énerver l’homme qui te tenait puisque tu sentis rapidement sa main venir couvrir ta bouche pour atténuer les sons que tu produisais.

Mais qu’était-il en train d’arriver ? Qui était ces hommes ?

- Je vous en prie…Il est si jeune…Laissez-le partir.

Tu entendis son assaillant ricaner et venir lui déchirer le haut qu’elle portait, faisant jaillirent ses seins à la vue de tous. Tu la vis ensuite les couvrir et reculer mais l’homme lui attrapa le bras pour la ramener à lui.

- Enfin une femme. Et d’une beauté exquise qui plus est. La forêt regorge de trésors on dirait.

Tu tentas alors de mordre la main qui t’empêchait de pleurer mais là encore, sans succès. L’homme ne tressaillit point sous tes dents.

- Regarde petit homme. Regarde bien. Tu vas assister à ton premier cours d’éducation sexuelle.

Comme ordonné, tes yeux se posèrent sur ta mère qui se mit à crier des « Non! Pas ça ! Non ! », tout en tentant de faire lâcher son agresseur. Mais tu paniquas et tu fermas rapidement les yeux, ne voulant pas voir ce qui allait se passer ensuite. Les cris déchirants de ta mère, le ricanement des hommes, les froissements de tissus,…Tu voulais que tout cela cesse.

Tu te relevas brusquement, en sueur et en ayant la respiration saccadée. Quel mauvais cauchemar. Pourtant, tu y étais habitué, cela n’était pas la première fois que tes souvenirs t’assaillaient durant ton sommeil depuis que tu étais ici, mais tu n’arrivais pas à t’y faire.

- ça va ? Encore un de tes cauchemars ?

Tu tournas la tête vers la couchette à côté de toi et tu acquiesças. C’était un petit garçon, tout comme toi, avec qui tu t’étais lié d’amitié à ton arrivée ici il y a maintenant deux ans. Tu lui avais tout raconté de ton passé. La mort de ton père quand tu n’étais encore qu’un bébé, ta vie dans la forêt avec ta mère et comment tu atterris ici à tes 6 ans. En échange, il te raconta son histoire, celle de tout esclave provenant d’un centre de reproduction, et t’apprit ce qu’était un vampire, ce dont tes parents avaient omis de t’expliquer, voulant te protéger à tout prix du monde extérieur et de ses dangers. Une certaine amitié se créa rapidement entre vous, celle de ceux se retrouvant dans le même bateau.

Tu te recouchas et tu te rendormis rapidement. Tu savais ce qu’il t’attendait demain. Encore et toujours plus de cours. Tu ne détestais pas ça, au contraire, tu aimais pouvoir apprendre à lire, à écrire et à compter. C’était tes cours préférés. En revanche, tu aimais beaucoup moins quand venait les cours de soumission, où la violence était souvent présente…

Les années passantes, tu grandis et l’adolescence pointa le bout de son nez. Tu commenças à sécréter de la testostérone et ton corps s’en vit radicalement changé. Tes muscles se développèrent, ta silhouette devint massive et ta pilosité apparut sur ton torse, ton visage, ton entre-jambes et tes dessous de bras comme si de rien n’était. Mentalement, tu t’affirmas plus et tu devins une sorte de défenseur des esclaves opprimés, prenant les coups à leur place quand tu le pouvais parce que tu croyais au destin et tu sentais que c’était ton devoir pour avoir été doté d’un corps si robuste.

Cependant, tu l’utilisas aussi d’une toute autre manière. Ta sexualité désormais en ébullition, tu te mis à séduire et à être séduit, découvrant les plaisirs de la chair durant la nuit avec certains esclaves. Le premier que tu pris fut toutefois ton ami, qui avait aussi embrassé la puberté quelques mois après toi.

Mais les bonnes choses avaient toujours une fin…

Tu atteignis l’âge d’être vendu. Les adieux à ton ami furent difficiles à faire mais pas insurmontables. Tu avais rapidement compris que tu ne devais pas trop t’attacher à ceux que tu rencontrais alors tu avais fais en sorte de garder une certaine distance avec eux. On t’amena à une modeste boutique et la réalité de ton sort te frappa de plein fouet. Tu te retrouvas en vitrine tel du bétail attendant de taper dans l’œil d’un acquéreur. Tu le vécus mal pendant un temps mais tu t’y adaptas.

Neuf mois passèrent et tu trouvas finalement un intéressé. Un libraire d’une vingtaine d’années d’apparence. Ton corps robuste lui avait plu. Il t’invita donc à vivre chez lui, un petit appartement au-dessus de son magasin de livres, et il te fit travailler avec lui. Tu réarrangeais les bouquins de temps en temps et il t’apprit comment en rénover certains qui avaient besoin d’un rafraîchissement. Il était agréable avec toi et tu aimais discuter des histoires que tu lisais avec lui. Rapidement, tu t’aperçus avoir un faible pour les livres de cuisine et tu les mettais en pratique chez lui, pour son plus grand bonheur.

Un an passa au cours duquel tu te rapprochas de lui. Tu avais remarqué que tu lui plaisais et comme il te ne déplaisait pas, tu avais fait le reste. Au début, tu partageais son lit que de temps en temps, quand il en avait envie puis cela devint plus fréquent. Tu n’étais pas contre, appréciant de pouvoir avoir régulièrement des relations charnelles avec lui.

Un beau jour, après plus de quatre ans de vie commune, il te déclara sa flamme. Tu ne fus pas plus que ça surpris. En réalité, tu avais fais l’autruche, te disant qu’il ne te l’avouerait jamais, vu son tempérament timide, donc que tu n’aurais pas à lui dire que pour toi, c’était différent. Ce jour-là, ton honnêteté te desservit. Blessé, il te renvoya en boutique, ne voulant pas continuer avec un humain qui ne pouvait pas lui retourner ses sentiments.

Ton second maître arriva 12 mois plus tard. Un vieux vampire à la silhouette fine d’apparence jeune et au caractère capricieux. A tes yeux, il n’était qu’un gamin ayant du pouvoir et qui en abusait pour soumettre les autres à ses quatre volontés. D’ailleurs, tu n’y échappas pas. Il t’avait prit comme esclave sexuel et tu t’y plias malgré toi. Sa force avait eu raison de toi. Cela dura bien trois ans avant qu’il ne se lasse finalement de toi pour te renvoyer à la case départ et tu en fus bien content parce qu’il t’en avait fait voir des vertes et des pas mûres.

Ton dernier maître se présenta à toi quelques mois plus tard. C’était un vampire plutôt grand, avec une certaine prestance. Une fois de retour de la boutique et t’avoir fait un petit tour du propriétaire, il t’expliqua qu’il était un fervent défenseur d’esclaves et te demanda si tu voulais l’aider dans cette tâche. Tu acceptas, évidemment. Ce fut la première fois que tu pus sortir au dehors seul et durant la journée. Même ton premier maître n’avait pas voulu te l’accorder, étant un tantinet possessif.

Durant tes trois années passées avec ce vampire, ta peau pu connaître l’effet bronzé et tu rencontras d’autres humains et hybrides, même certains venants de l’extérieur. Pourtant, tu ne désirais pas spécialement y retourner toi, à l’extérieur. Tu te savais plus utile ici. Et puis, rien ne t’attendait là-bas.

Malheureusement, le sort s’acharna sur toi. Ton maître tomba sous le joug des autorités vampires qui avait interdit l’aide aux esclaves et tu fus donc renvoyé en boutique. Une boutique bien plus miteuse que la première que tu connus parce qu’à 29 ans, tu avais perdu de ta valeur.

Aujourd’hui, tu espères donc qu’on te remarque une fois de plus mais tu es confiant. Tu sais que tu as encore des choses à accomplir et que le destin ne veut pas te voir finir comme ces esclaves qui sont envoyés à la banque du sang de Dornia parce que plus aucuns vampires ne veulent d’eux.

Fiche modifiée par Fondateur, basée sur celle de Reira de Libre-graph'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mafiasworld.forumactif.com
 
Zack
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mafias World :: Personnages :: Population de la ville-
Sauter vers: